stevelawson.net

Steve's Blog: Solo Bass & Beyond



Why The Major Labels Love Spotify

November 11th, 2014 | 5 Comments | Categories: New Music Strategies |

Oh yes, another blog post about Spotify. Just what the world needs. I’ll try [edit: and fail] to keep it brief.

There seems to be, at the moment, a massive gulf between the opinion of many artists-still-making-music and the labels that many of them are signed to. The major labels LOVE it. But artists are talking about Spotify as a wholly bad thing for artists – not enough money… ‘free’ music is bad… Rosanne Cash (a woman for whom I have an enormous amount of respect as an artist, writer, thinker and human) called Spotify ‘legalised piracy’. Why the gulf?

Here’s my take – The financial world of the major labels has, for a LONG time, been focused on back catalogue – music that’s already been successful. Reselling something that’s already in the public consciousness is WAY cheaper than marketing new, untested music. Licensing old tracks is also easier, because people know them. And there’s the simple question of scale.

Reality check: for the Majors, the vast majority of the music they will ever release has already been released.

Their model is weakening, the explosion in creative output over the last decade hasn’t been due to them, and hasn’t happened in their playing field. They still control the biggest selling artists, because they control the budgets and channels that allow artists to sell that many copies, but it’s almost tautological. They make the most money because they spend the most money on making money. They then siphon a lot of it off for executive bonuses and salaries. Some goes back into artists. Most records still fail to recoup on their advance.

So, what do those labels have as their primary asset? From the time when they released the vast majority of music, they own our nostalgia. They own our memories, the music that we grew up with.

Except, they don’t. Cos we ‘own’ it, mostly on CD and vinyl, some of it on cassette, much of it now ripped from CD to MP3. Which is worth what, to them? Nothing. They don’t get paid for us playing CDs.

So Spotify, which houses all that already-sold music, becomes a MUCH cheaper and easier way of getting paid for nostalgic listening than trying to re-format (selling us minidiscs/SACDs/remasters/any old bollocks). 500,000 songs paying $100 a year each is $50million. If you’re the label and publisher who earn that money in aggregate, from people listening to music they already own, you win massive. Especially if you’re still paying your artists a tiny ‘sales’ royalty on that stream, as though you’ve actually done anything, made anything, helped in any way.

What of new music? Well, sticking it on Spotify, for the labels that were spending BIG money to get things in shops, distributed on CD and marketed in the handful of big-box retailers that drive most high street sales, is a MUCH safer bet… you spend your ad-money online instead of paying thousands for prime positioning in Walmart or BestBuy. iTunes is great, but expecting people to pay a flat fee for an album by someone who’s painting themselves as a massive success, who is demonstrably rich, is a tall order. Why? Because it’s really hard to argue that not buying a Taylor Swift or Kanye West album is hurting the artist. It may at some point be true, it may be that they end up hiring less people because they sell fewer albums… there may be some kind of knock on economic damage down the line, but it’s a REALLY hard sell to the kind of people who buy music after seeing it on the shelves of Target or Asda.

So you stick it somewhere where the maximum number of people can hear it, you use back catalogue as the snare to get people into a listening environment, and then you do the same shit you’re doing with the old stuff, and keep the majority of the money as though the ‘stream’ is a sale. As part of your aggregate income, it works. The labels are doing GREAT out of this. They’re also the majority share holders in Spotify, having done an equity deal in exchange for their back catalogue in the first place (all without the permission of the artists).

How useful is this for any one individual artist on a label? not so great. If you’re an indie artist, own your own recordings and publishing, and put them up there yourself, the streaming rate isn’t *terrible*. It’s not great, and you’d still need HUNDREDS of listeners for every normally-priced sale on Bandcamp, but it’s actually better than most of the headlines would make out. It can probably work for some kinds of enterprise. But if you’re signed? You’re fucked. Your label are making out like bandits on back catalogue and pretending that they have your interests at heart.

They don’t.

If your concern is the ongoing viability of new music, Spotify’s economic model is not one that supports innovation and sustainability for independent artists, on the whole. I’m not sure any other model is specifically geared to that either – it’s ALWAYS been hard to make a living as a musician, and the reduced cost of making and distributing music makes now the best time ever to be a recording musician, if you ask me, but this ‘the future is streaming’ nonsense only works if you’re only concerned with gross figures and the viability of massive record labels, and their ability to pay MASSIVE exec salaries and bonuses. For the record, I have no interest at all in supporting any industrial model that has ‘paying people millions of pounds’ as one of its primary outputs. I don’t think anyone has the ‘right’ to earn that much. Sustainability for the masses is way more important to me than riches for the few.

Last point – ad revenue. Spotify has two sources of income – subscriptions and ads. A LOT of their money, and their viability still comes from ads. Ditto YouTube and most streaming services. That means, in order for you to make money, the people listening to your stuff need to be clicking on ads for shit they don’t need, and buying things in sufficient quantities that the companies buying the ad space keep doing so. I’m not happy with that as a model for arts funding. I’m not happy with that as a model for ANYTHING funding.

So let’s find another way, eh?

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather

Similar Posts elsewhere in this blog:

`

Tags:

5 Comments so far ↓

  • skopje

    Very original viewpoint, and makes a lot sense… i’ve always been uneasy with spotify… kind of all makes snese now.. Its all about major label back catalogue, and very little in it for new artists. cheers appreciate it. s

  • French translation here

    Eh oui… encore un post sur Spotify. Comme si il n’y en avait pas assez. Je vais essayer de rester bref (edit: même si c’est raté pour le coup !).

    Il semble y avoir en ce moment un gouffre entre ce que pensent les artistes “qui-font-encore-de-la-musique” et ce que pensent les labels chez qui ils sont signés.

    Les labels ADORENT Spotify. Mais les artistes eux en parlent comme quelque chose de vraiment mauvais pour eux-mêmes – pas assez d’argent, la musique gratuite c’est maaaal, etc…. Rosanne Cash (une femme pour laquelle j’ai un immense et profond respect en tant qu’artiste, écrivaine, penseuse et être humain) a qualifié Spotify de “piratage légalisé”. Pourquoi ce gouffre ?

    Voici ma version. Financièrement parlant, les Majors se sont, pendant longtemps, basées sur les “catalogues”, ces oeuvres du passé qui ont déjà eu du succès. Revendre quelque chose qui est déjà présent dans la conscience collective est BEAUCOUP MOINS COUTEUX que de faire la promotion de quelque chose de neuf, de la musique pas encore “expérimentée” par nos oreilles.

    L’octroi des licences d’exploitation sur ces vieux tubes est aussi plus facile, car de toutes façons les gens les connaissent. Et il y a là une simple question d’échelle.

    Observons la réalité en face: pour les Majors, l’écrasante majorité de ce qu’ils diffuseront a DEJA été diffusé auparavant.

    Leur modèle est à bout de souffle. L’explosion créative de ces 10 dernières années n’a pas eu lieu grâce à eux, et encore moins sur leur terrain ! Elles contrôlent encore les artistes “bankable”, parce qu’elles contrôlent les budgets et les canaux qui permettent aux artistes de vendre autant de copies de leurs oeuvres, mais là c’est quasi tautologique: les Majors font le plus de fric car elles dépensent du fric à faire du fric. Et après elles siphonnent tout cet argent pour le redistribuer en bonus et salaires. Une partie va certes dans la poche des artistes. Cependant ! la plupart des enregistrements ne parviennent pas à combler les frais avancés.

    Donc, quelle est la principale source de revenus des Majors ? à partir du moment où ils détiennent la majeure partie de la musique, ils détiennent notre nostalgie. Ils détiennent nos souvenirs, la musique avec laquelle nous avons grandi.

    Sauf que… non ! car nous détenons déjà cette “mémoire” sur CD, vinyles, une partie sur cassettes, la plupart maintenant passée du CD au MP3. Leur intérêt là-dedans ? AUCUN : ILS NE GAGNENT RIEN QUAND NOUS ECOUTONS NOS CD.

    Dès lors Spotify, qui héberge cette musique déjà vendue, devient un moyen beaucoup rentable et facile de gagner de l’argent par le biais de l’écoute nostalgique qu’en essayant de la reformater (nous vendre des minidiscs, des SACD, des versions “remastered”, et j’en passe… 500 000 titres qui rapporte chacun 100 $ l’année, ça fait 50 millions de $ . Si vous êtes le label ou diffuseur qui récolte globalement cet argent, sur le dos des populations qui écoutent de la musique qu’elles détiennent déjà, vous gagnez énormément. Surtout si vous continuez de rétribuer vos artistes en infimes royalties sur ces streams, même si vous n’avez rien fait, rien créé, ni aidé en quoi que ce soit.

    Et la nouvelle musique ? eh bien, la coller sur Spotify, pour des labels qui dépensaient un fric monstre pour mettre des produits en vente, distribués sur CD et revendus chez la poignée de gros détaillants qui ont pignon sur rue, c’est un pari BEAUCOUP plus sûr. Vous ne dépensez que les revenus de la pub online plutôt que des sommes colossales pour être bien positionné à la FNAC ou chez Carrefour (Walmart ou Bestbuy chez nos amis anglo-saxons). iTunes, c’est super, sauf qu’espérer que les gens paient un montant forfaitaire pour l’album d’une personne qui se dépeint elle-même comme ayant du succès, qui est à l’abri du besoin, est hasardeux. Pourquoi ? parce qu’il est difficile de faire croire qu’en n’achetant pas l’album de Taylor Swift ou Kanye West vous allez faire du tort à l’artiste. C’est probable jusqu’à un certain point, il se peut qu’ils finissent par embaucher moins de monde parce qu’ils vendent moins, il se peut qu’il y ait quelque petit drame économique, mais faire croire ça à la catégorie de personnes qui achètent ces albums après les avoir vu en haut de l’affiche sur des magasins en ligne généralistes… c’est pas gagné.

    Donc vous collez cet album quelque part où vous êtes sûrs qu’il y ait un maximum de monde pour l’écouter. Vous vous servez du “catalogue” des vieux enregistrements comme d’un piège servant à noyer les auditeurs dans un environnement musical propice, et ensuite vous faites exactement la même merde que vous faites pour les vieilleries, et gardez la majorité de tout cet argent comme si le “stream” était une vente. Comme part du revenu global, ça fonctionne. Les Labels s’en sortent ON NE PEUT MIEUX comme ça ! Ils sont aussi actionnaires majoritaires chez Spotify, vu qu’ils ont conclus, en premier lieu, un deal équitable en échange de leurs fameux “catalogues” (et tout cela bien sûr sans la permission des artistes).

    Quel est l’intérêt pour un quelconque artiste sur un label ? pas génial. Si vous êtes un artiste “indé”, que vous êtes le propriétaire de vos enregistrements et de leur édition, et que vous les mettez en ligne sur Spotify vous-même, le taux de streaming n’est vraiment pas terrible. C’est loin d’être la panacée, et en plus vous auriez besoin de CENTAINES d’auditeurs supplémentaires pour parvenir au tarif “normal” d’un album vendu sur Bandcamp, mais c’est toujours mieux que ce que la plupart des titres récolteraient. Ca pourrait fonctionner dans certains cas. Mais si vous êtes signé ? vous êtes baisés. Votre label récolte du fric comme un escroc en se servant du “catalogue”, prétendant avoir à coeur vos intérêts.

    En fait, vos intérêts, ils s’en cognent.

    Si votre préoccupation c’est le soutien à la nouvelle musique, à la création artistique, Spotify n’est d’une manière générale pas le modèle économique qui entretient l’innovation et la stabilité pour les artistes indépendants. Je ne suis d’ailleurs pas sûr qu’aucun modèle puisse être taillé pour ça – il a TOUJOURS été dur de vivre de sa musique, et étant donné la réduction des coûts pour enregistrer et distribuer sa musique, nous vivons certainement la meilleure période pour en faire si vous voulez mon avis, mais ce délire là… “le streaming c’est l’avenir” ne fonctionne que si vous êtes intéressés par des chiffres bruts et la pérennité des énormes labels, et leur capacité à verser d’énormes salaires à leurs dirigeants et d’énormes dividendes à leurs actionnaires. Pour information, je n’ai aucun intérêt à soutenir quelque modèle industriel qui aurait pour but principal de verser des millions à une certaine population. Je ne pense pas que quiconque devrait avoir le droit de gagner autant. La stabilité pour le plus grand nombre est pour moi beaucoup plus louable que la richesse financière pour quelques uns.

    Dernier point, les revenus publicitaires. Spotify a deux sources de revenus: les abonnements et les pubs. Une grosse partie de leur argent, et leur viabilité provient toujours de la publicité. Comme Youtube et la plupart des services de streaming. Ce qui veut dire que, dans le but de vous rapporter de l’argent, les gens qui écoutent votre musique doivent cliquer sur des publicités pour des merdes dont ils n’ont pas besoin, et acheter des produits en quantité suffisante afin de permettre aux sociétés qui achètent ces espaces publicitaires de pouvoir continuer à le faire.

    Je ne suis pas réjoui par ce type modèle économique de soutien à l’art, je ne suis pas réjoui par ce type de soutien à QUOI QUE CE SOIT.

  • stan stewart

    Even on a third read, I appreciate your post so much, Steve! I knew we shared similar outlooks on this since we’re both BandCamp advocates and indie musicians. Since you’ve done such a stellar job of creating your own stream of recordings, plus support a wide yet worthy set of artists on on BC and elsewhere, I respect your sharing even more.

    Thanks for this essential post on sharing and discovering music.